06 81 32 17 97

 

 

Mes Hommes !


de et avec Myriam ALLAIS
Piano :
Sébastien Joly ou Camille Taver

m/sc. Gilbert Ponté


- Création au Théâtre Essaïon à Paris
Du 25 mai au 27 juillet 2017

                     ----------------------

- Représentation 18 Déc. 2017 Paris 75002
                     ----------------------

- Reprise au Théâtre Essaïon
Du 28 février au 27 juin 2018
Tous les mercredis à 19h45.

- Représentation au Stella Ciné de Baugé en Anjou le 29 Sept.18 dans le cadre du 10ème anniversaire des  "Rencontres de Loir en Loire"





 

Dora est ouvreuse dans un théâtre…
C'est
une épicurienne : croqueuse d'hommes, amoureuse des mots, de musique, de danse... tout simplement de la vie ! 

À travers les chansons qu’elle interprète, les histoires qu’elle raconte…elle se confie, nous fait voyager dans son monde, manie l'humour, la dérision, s'adressant directement au public.
Vedette d’un soir, elle profite de cet instant que le hasard lui a offert, pour nous faire découvrir des chansons connues et souvent oubliées des années 50/60, de véritables perles musicales.

Après mon précédent spectacle "Divine Diva !", j'ai voulu reprendre le même dispositif, petite forme musicale avec pianiste, pour explorer une autre époque à partir de chansons à texte qui permettent de mêler jeu théâtral et musique...

- Myriam Allais -


Piano : Sébastien Joly


Camille Taver 

Sébastien Joly

Livre d'Or :

"Splendide ! Quels talents. Eh oui...au pluriel car il y en a beaucoup ! Superbe complicité avec le pianiste !"

"Bravo pour le chant, la fièvre, le charme, la mise en scène...nous sommes éblouis !"

"Magnifique prestation ! Quel talents...multiples ! Le sourire, le charme...le côté malicieux fonctionnent à merveille !"

"Moment enchanteur, plaisir d'entendre de nouvelles chansons si bien écrites et interprétées. beaux moments d'émotions également ! Bravo !"

"Un délicieux spectacle de music-hall, coquin, tendre et romantique qui se développe autour d'un choix de chansons à texte. Dora aime le théâtre et les hommes. Elle nous emmène dans son monde et ses fantasmes et nous montre ce qui suffit au bonheur de cette fleur bleue : " 2 sous de fleurs, 3 petits mots, 4 petits gestes empressés...car si c'est bien, c'est assez " (Annie Cordy 1954). Ce duo complice (la Comédienne et chanteuse Myriam Allais et son pianiste Sébastien Joly), nous fait passer un moment merveilleux, plein de joyeuses surprises et on garde en tête les mélodies du Tango Corse et bien d'autres."

"Emmenée dès les premiers mots, dès les premières notes. Merci pour ce voyage vers du léger, du joyeux, dans l'évidence. Merci ! Dora a du mal à quitter la scène, nous aussi !"


"Un spectacle délicieux et très bien amené pour des chansons à texte (années 50/60) permettant de mêler jeu théâtral et musique (excellent pianiste qu'est Sébastien Joly) avec une Artiste interprète, comédienne et chanteuse (Myriam Allais) qui nous séduit par ses multiples talents. Ce spectacle n'est pas sans me rappeler celui de la très talentueuse Emelyne Bayart "d'Elle à Lui". Myriam Allais tout comme Emelyne Bayart sont des artistes complètes tant d'un point de vue vocal que théâtral, sachant nous faire passer du rire libérateur à l'émotion la plus profonde avec la même aisance. Je ne puis que vous dire "ALLAIS, ALLAIS", allez-y pour vous régaler de ce merveilleux spectacle ou le plaisir se partage en toute intimité, tout simplement."

 

Belle performance artistique     

"Myriam Allais nous emmène dans un spectacle fantasque, ébouriffant. Excellente comédienne, très expressive, elle nous fait passer des rires aux sentiments les plus nostalgiques en incarnant Dora, une ouvreuse qui ne vit sa vie qu'à travers les spectacles et les stars de son théâtre. Myriam Allais accompagnée du pianiste Sébastien Joly nous font (re)découvrir des chansons des années 50, tombées aux oubliettes pour certaines, mais que le talent de ces deux artistes réussit magistralement à faire renaître. Une bonne soirée vous attend."
N.

 

"Bravo pour la recherche des chansons...je n'en connaissais que quelques unes...j'aurais bien aimé que cela continue ! C'est trop court !

Félicitation, vous avez tous les talents et une présence incroyable !"

C. M.-V.


Spectacle de théâtre musical conçu par Myriam Allais, mise en scène de Gilbert Ponté, interprété par Myriam Allais accompagnée au piano par Sébastien Joly (en alternance Camille Taver).

Comédienne formée au chant lyrique, Myriam Allais a conçu une partition piano-voix intitulée "Mes Hommes" dans laquelle elle incarne une ouvreuse de théâtre, de celles de jadis, presque institutionnalisées qui faisaient partie du lieu où elles travaillaient toute leur vie et dont il reste quelques survivances, aussi discrètes qu'efficaces. 

La sienne, prénommée Dora, petit bout de femme blonde qui n'a pas sa langue dans sa poche, connait parfaitement l'envers du décor et elle baguenaude chaque soir dans les coulisses avant l'arrivée des artistes, maître en ce royaume, tout en rêvant, ne serait-ce que pour un soir, d'être sous les feux de la rampe.

Qu'à cela ne tienne, avec la complicité forcée mais amicale du pianiste Bobby, la voilà qui joint le geste à la parole pour dérouler avec gouaille - et en chansons - une vie de femme libre qui assume, avec lucidité et humour, un coeur mi-midinette mi-artichaut et, sa passion des hommes annoncée in limine avec l'explicite opus "Moi, j'aime les hommes".

Gilbert Ponté met en scène sobrement cette comédie musicale à un personnage au texte bien troussé qui propose également un voyage dans le temps avec une escapade dans le répertoire de la chanson française des années 1950-1960 et un choix judicieux qui ne verse ni dans le mélodramatique de la chanson réaliste ni dans le comique appuyé de la chanson fantaisiste.

Sous les belles lumières de Kosta Asmanis, avec passion, énergie, une belle gestuelle et sa voix de soprano, Myriam Allais enchaîne allègrement quelques partitions connues comme "Le bricoleur" de Georges Brassens, dont le refrain se prête à une pointe d'interactivité, et "Le tango corse" immortalisé par Fernandel et surtout des pépites oubliées telles "Si j'étais une cigarette" et "Je voudrais qu'un homme se tue pour moi".

Accompagnée dans ces tribulations en chansons par le pianiste Sébastien Joly qui ne compte pas pour une prune et campe avec loufoquerie son homologue de théâtre, elle dispense un délicieux divertissement musical qui tient ses promesses.
MM.


* Ci-après une Interview réalisé par CFPTalent publié en Mai 18 -

 

De la création à la transmission

Myriam ALLAIS, Comédienne - Chanteuse - Pédagogue...

"Interview réalisée dans le cadre de la sortie de "Mes Hommes !", Fantaisie Musicale au Théâtre Essaïon chaque mercredi à 19h45 jusqu'au 27 Juin.

 

La création théâtrale musicale

 

Avant de créer seule de A à Z "DIVINE DIVA !" et "MES HOMMES !" dans combien de spectacles musicaux avez-vous travaillé et collaboré ? Sur quelle période ?

Je me considère avant tout comme comédienne, mais le chant a finalement presque toujours fait partie de mon parcours ! J’ai démarré par hasard, en rencontrant une artiste-professeure extraordinaire, Suzanne Sorano, diva d’opérette et femme de Daniel Sorano. Cela l’a probablement influencée dans le fait de faire jouer, interpréter les chanteurs qu’elle mettait en scène au théâtre qui portait son nom à Vincennes.

À partir de là, en fonction des années et des compagnies, j’ai navigué entre spectacles purement théâtraux et spectacles mêlant ces deux disciplines : chant et théâtre.

Ayant ces deux compétences, mon profil poussait parfois les metteurs en scène avec qui je travaillais à ajouter des parties chantées dans les spectacles... C’est ainsi que j’ai inventé des chansons en travaillant avec un musicien, pour la création d’un Feydeau musical...sans doute ma première expérience de "création musicale".

Une autre expérience qui m’a beaucoup marquée est le spectacle réalisé avec les FranJines sur les chansons des Frères Jacques, que nous avons joué et tourné pendant trois saisons à Paris, en Avignon et en province...

 

Quand le travail solitaire de création/interprétation a-t-il commencé ? Quel a été l’élément déclencheur ? 

C’est tout d’abord le résultat d’une commande que m’a faite Gilbert Ponté, avec qui j’ai collaboré pendant près de 10 ans. C’est lors d’une résidence dans les Ardennes qu’il m’a proposé d’écrire moi-même un spectacle musical… Cette demande est arrivée au bon moment et je me suis rendu compte que j’avais déjà la trame et le personnage en tête...

C’est ainsi que j’ai créé "Divine Diva !", en 2 mois ! Je suis alors partie de morceaux d’opérette que j’avais dans mon "escarcelle" et des figures de diva que j’avais croisées ou imaginées.

Je pense que j’étais alors « mûre » pour ce type de travail, bien que l’accouchement fût malgré tout "douloureux", me retrouvant pour la première fois, quasi seule sur scène, devant "assumer" un personnage très haut en couleur et en fantaisie, que j’avais moi-même écrit...!

 

Pourquoi avoir choisi le théâtre musical comme mode d’expression ?

Le chant est très libérateur, mais ce qui me plaît avant tout est d’interpréter les chansons... Mais le théâtre musical n’est pas mon seul mode d’expression ! J’aime "varier les plaisirs" et passer du chant au théâtre ! Je crois avoir surtout "profité" d’avoir une voix naturelle et assez large...

Peut-on dire que les thématiques et les textes de vos pièces semblent utiliser l’humour et la chanson tout en passant des messages féministes ?

Les chansons à textes me plaisent, car elles permettent l’interprétation ! L’humour est un vecteur formidable… après je dirais que c’est presque plus le fait d’un hasard...

Quand j’ai créé "Mes Hommes !", je voulais profiter du succès de ma première Fantaisie Musicale ("Divine Diva !") pour faire un autre spectacle dans le même moule (un personnage chantant accompagné d’un instrumentiste), pour des raisons également économiques... Le choix des chansons, glanées un peu au hasard de mes recherches, s’est dessiné au fur et à mesure, l’époque également et le personnage est alors sorti de lui-même…

La création est le résultat d’une succession de recherche, d’inspiration, de hasard.

 

La transmission à travers les ateliers

 

Depuis combien de temps exercez-vous en parallèle un rôle de pédagogue ? Comment abordez-vous les ateliers que vous conduisez ?

J’ai presque toujours eu un rôle de pédagogue en parallèle de mon activité de comédienne-chanteuse. J’aime la transmission, voir les progrès réalisés, je déteste par-dessus tout l’inactivité !

J’ai créé des ateliers dédiés aux adultes et j’interviens régulièrement dans des écoles (en partenariat avec des enseignants), des collèges, etc.

Ma créativité est aussi sollicitée puisqu’il faut mettre en scène et parfois écrire l’intégralité des spectacles ou adapter des textes en fonction des comédiens... C’est un exercice que j’apprécie même s’il demande beaucoup de temps !

Cette partie de mon activité m’oblige à "fédérer" un groupe autour d’un même projet et c’est assez excitant de réunir des personnalités, des caractères, des styles, des âges assez différents pour obtenir une "osmose" scénique.

 

Quelles sont les compétences que développent les participants à vos ateliers ? 

Les comédiens débutants ou non, améliorent leur diction, leur expression orale, leur confiance en soi, leur aisance scénique... En apprenant à s’exprimer et à improviser sur scène, ils travaillent également des compétences qui leur servent sur le plan professionnel : des conduites de réunions, des prises de paroles en public... Ils apprennent à gérer leurs émotions, leur stress, à acquérir une certaine prestance : des outils pouvant être utilisés au quotidien !

Au-delà ils apprécient, la convivialité, la collaboration, l’appartenance à une communauté de création et découvrent le processus qui va de l’idée à la représentation sur scène. Enfin, ils goûtent surtout au plaisir scénique, au trac laissant place en situation de spectacle, au plaisir d’être face à un public et à la satisfaction d’avoir accompli un grand pas !


*  Autre Interview réalisée par Claire RATZKI pour C2R Evento