01 42 72 50 38
06 81 32 17 97

Le Bestiaire Enchanté



Au Théâtre des Cinq Diamants – Paris 13°

du 2 Octobre 2002 au 21 Février 2003


Spectacle lyrique, poétique, féérique et burlesque sur des textes de Robert Desnos et des fables de La Fontaine
Mis en musique par Wiener, Offenbach, Lecoq…


Spectacle conçu et mis en scène par François Chabert,
avec : Myriam Allais – Nathalie Macé - Lionel Cloarec

 

Rôle : Une poupée lyrique, un personnage riche en fantaisie et naïveté, très enfantin et coquin…aimant taquiner et jouer !

 

 

Quelques images… 


Lionel Cloarec

Nathalie Macé







Le Duo des Chats (Rossini)






L'hippocampe (Wiener)

 

 

 




Critiques:

La Terrasse – mensuel N°102 – Novembre 2002
 
 

 

 

 

 

Comme un grenier, la scène est envahie de photos anciennes, malle abandonnée, ombrelle chinoise et cadre doré qui traînent dans l’ombre. 
Soudain l’orage tonne et des éclairs parcourent la scène où deux poupées et un automate à taille humaine reprennent vie. Ils vont alors dans le huis clos de leur retraite nous faire partager un grand moment de lyrisme en mélodies et en clowneries diverses, mais surtout en poésie puisque La Fontaine et Desnos mêleront leur style aux portées de Wiener, Lecoq et Offenbach.

Le fameux Duo des chats est un moment crucial de cette fantaisie lyrique.
Saluons ici l’engouement du metteur en scène François Chabert et la foi des artistes pour ce répertoire parfois nostalgique, souvent désuet mais avant tout poétique et drôle. Mis en relief par trois interprètes de talent à la maîtrise parfaite, ce défi justifie le détour des petites oreilles les plus attentives.

E.D 

ThéâtreOnLine (oct.2002)

Les greniers poussiéreux regorgent d’histoires enfouies et promettent d’amusantes aventures. Il suffit parfois d’un coup de baguette magique pour animer les choses. En prestidigitateur malicieux, François Chabert donne vie à deux poupées et un automate (Nathalie Macé, Myriam Allais et Lionel Cloarec) et ressuscite, le temps d’une nuit d’orage, les délices des airs et des rimes d’antan. Au milieu de l’osier, du velours et des photographies fanées, naît un spectacle poétique et humoristique qui allie nostalgie douce et fraîcheur acidulée.

Quelques notes de piano viennent perler entre les gouttes de pluie. Au milieu du bric-à-brac d’un grenier, comme on les imagine en province et en hiver, dorment deux poupées rigolotes et un automate à chapeau, parmi mille trésors amoncelés. La magie d’un instant arraché au temps insuffle soudain aux objets la vie qui leur manquait. Les poupées déploient leurs robes de gaze et l’automate se déplie sur son piano. La musique s’affirme, les corps se réchauffent et les trois compères commencent un sabbat animalier à la fois tendre et comique.

Reprenant des poèmes très connus ou injustement oubliés, voguant des fables de La Fontaine aux fleurs chantantes de Desnos, le spectacle fait alterner de courtes saynètes autour du thème des animaux. La cigale,les dindons, le tamanoir, et tous les animaux familiers ou exotiques sont convoqués en une folle farandole.
Réalisé à partir de mélodies de Wiener, de Lecoq et d’Offenbach, le Bestiaire enchanté revisite en chansons les aventures de mille et une bestioles amusantes.

Nathalie Macé et Myriam Allais, en poupées délurées, virevoltent et vocalisent, soutenues par le piano de Lionel Cloarec, qui n’hésite pas à les accompagner de sa voix et de ses mimiques drolatiques.
Les trois comédiens, aussi à l’aise dans le chant que dans le jeu, prennent un plaisir évident et communicatif à dépeindre les déboires et les joies d’animaux qui, humains, trop humains, sont le reflet et le masque de nous-mêmes.

Les couettes rebiquées, le chapeau insolent, le geste sûr, la voix franche, la mimique burlesque, les trois complices offrent aux spectateurs sous le charme un joli moment de plaisir. En outre, le pari est fait de la qualité et de l’exigence, tant par les textes que par la musique, et l’ensemble, tendre et amusant, ravira les petits et illuminera les souvenirs des plus grands.

Catherine Robert 

 

Textes et musiques du spectacle :

Le martin-pêcheur: Robert Desnos / Jean Wiener
Le brochet: Robert Desnos / Jean Wiener
Le papillon: Robert Desnos / Jean Wiener
L’escargot: Robert Desnos / Jean Wiener
L’hippocampe: Robert Desnos / Jean Wiener

Intermède : Francis Poulenc

Le crapaud: Robert Desnos / Jean Wiener
La chauve-souris: Robert Desnos / Jean Wiener
Le gnou: Robert Desnos / Jean Wiener
Le furet du bois joli: Jean Benedict / Pierre de Bréville
Le duo des chats: Gioachino Rossini
La ballade des gros dindons: Edmond Rostand / Emmanuel Chabrier

Intermède : Francis Poulenc

La sauterelle: Robert Desnos / Jean Wiener
La tortue: Robert Desnos / Jean Wiener
Le blaireau: Robert Desnos / Jean Wiener

Intermède : Francis Poulenc

Les hiboux: Robert Desnos / Jean Wiener
Le tamanoir: Robert Desnos / Jean Wiener
L’ours: Robert Desnos / Jean Wiener
Le loup et l’agneau: Jean de la Fontaine / Charles Lecocq
Le corbeau et le renard: Jean de la Fontaine / Jacques Offenbach
La grenouille qui veut…: Jean de la Fontaine / Charles Lecocq
La cigale et la fourmi: Jean de la Fontaine / Jacques Offenbach

Intermède : Francis Poulenc

La girafe: Robert Desnos / Jean Wiener
Le dromadaire: Robert Desnos / Jean Wiener
Le léopard: Robert Desnos / Jean Wiener
L’alligator: Robert Desnos / Jean Wiener
Le pélican: Robert Desnos / Jean Wiener
Le vers luisant: Robert Desnos / Jean Wiener

haut